Compte personnel de formation : l’échec de la réforme

Jean Wemaëre, président de la Fédération de la formation professionnelle, donne une interview à Libération dans laquelle il affirme que le CPF, une bonne idée à la base selon lui, connaît de grosses difficultés à se mettre en place.

Compte personnel de formation : qui es-tu ?

Jean Wemaëre
Jean Wemaëre à propos du compte personnel de formation

L’accord national interprofessionnel (ANI) puis la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle ont débouché sur la création du compte personnel de formation. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2015, remplaçant le DIF, droit individuel à la formation, et le CIF, compte personnel de formation.

Son objectif est de mieux sécuriser les parcours professionnels, mais aussi d’assurer une portabilité des droits, pour au final renforcer l’employabilité des Français, qu’ils soient salariés ou chômeurs.

Compte personnel de formation : premier bilan

3 mois après son lancement officiel, le compte personnel de formation est un bide. Accrochez-vous : sur les 23 millions de bénéficiaires potentiels du dispositif, seule une seule personne a pu bénéficier d’une formation via le CPF.

L’avis de Jean Wemaëre, président de la Fédération de la formation professionnelle sur le Compte personnel de formation

Cela irrite le président de l’organisation professionnelle regroupant plus de 450 organisations de formation privées. Jean Wemaëre parle d’une réforme mort née.

Il décide d’interpeller le ministre en charge du travail, M. Rebsamen, dans une lettre le 9 avril. Dans ce courrier, il rappelle son voeux de «simplifier et encourager l’accès à la formation professionnelle».

Interview dans Libération

Concernant les raisons de flop, il cite des raisons informatiques, de soucis de communication avec les Opca et un site internet pas encore à jour.

Mais Jean Wemaëre évoque aussi des soucis de formations proposées, les formations longues étant préférées aux formations courtes.

Par ailleurs, il relève l’attentisme des Opca en raison du manque de visibilité financier. Enfin, la complexité et la nouveauté du dispositif fait encore peur aux bénéficiaires potentiels.

En attendant, les entreprise de formation voient rouge, soulignant une baisse du CA de 15 à 20%.

Lire son interview complète ici : http://www.liberation.fr/economie/2015/04/14/compte-personnel-de-formation-un-echec-pour-le-gouvernement_1240798

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *