Gros plan sur le certificat SSL – 2/2

Depuis début août 2014, la présence d’un certificat SSL est devenu un critère pris en compte par l’algorithme de Google.

 

Pour être plus précis, Google n’accorde d’une prime légère à ces sites.

Ce qui pourrait être un poisson d’avril est bel et bien un « ranking factor ».

Mais quel est l’impact réel d’un certificat SSL sur le SEO ?

Le protocole HTTPS est à la base là pour rendre le web plus sûr. Google souhaite aller dans cette direction et inciter les webmasters à ce changement en accordant une prime.

Les impacts majeurs et insoupçonné de ce changement

  • Tous les webmasters n’auront pas les moyens financiers et techniques d’installer ces certificats SSL.
    • Est-ce une volonté d’écarter des petits sites pour laisser la place à des acteurs de taille, soit disant plus sérieux ?
    • C’est aussi un bon moyen d’écarter d’éventuels sites créés uniquement pour gonfler artificiellement le référencement d’autres sites.
    • Un certificat SSL coûte entre 30 et 200€/an.
    • Cela complique un peu plus la création d’un site web.
  • Ce critère est valable URL par URL, signifiant qu’un site peut présenter des pages en SSL et d’autres non. La prime ira alors uniquement à ces pages sécurisées.
  • L’outil de migration présent dans Google Webmaster Tools ne prend pas en compte la migration du HTTP en HTTPS.
    • Que ce soit pour le référencement naturel, voire Adwords, ou pour les réseaux sociaux, le site après migration en HTTPS sera considéré comme nouveau. Il y  a donc un risque de perte d’historique des positions dans Google mais aussi de statistiques de partage.
    • Le passage dégradera à court terme les positions acquises du site dans les moteurs de recherche.
    • La prime aura a priori un effet minime, sur des recherches concurrentielles.
    • Aucun impact sur Google News.
  • Cela rassure a priori l’internaute, qui pense avoir à faire à un site de qualité.

 Avant d’acheter un certificat SSL

  • Avez-vous besoin d’un certificat SSL simple, générique ou multi domaine ?
  • Les certificats SSL à clé de 2048 bits sont à privilégier.
  • Pour les ressources situées sur ce domaine sécurisé, il est bon d’opter pour des URL relatives lors de leur appel.
  • Pensez à vérifier le fichier robots.txt pour voir si le https n’est pas bloqué. Idem jetez un oeil à la balise Meta « noindex ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *