Comment le cloud peut faire baisser vos coûts

En effet, les entreprises continuent leurs dépenses massives dans les clouds publics. C’est la réflexion que l’on peut avoir en observant les derniers résultats financiers publiés, avec très peu d’intervalles, par Amazon et par Microsoft.

Microsoft a révélé les résultats de son 3e trimestre fiscal terminer le 31 mars. Ils dépassent toutes les attentes avec 30.57 milliards de dollars soit environ 14% de majoration en comparaison avec le trimestre de l’année passée, avec un gain net de 8.81 milliards de dollars.

En ce qui concerne Amazon, eux, ils ont publié les résultats de leur premier trimestre fiscal, et eux aussi terminent le 31 mars. L’entreprise de Jeff Bezos a un chiffre d’affaires trimestriel de 59.7 milliards de dollars (en hausse de 16%) pour un gain net de 3.6 milliards de dollars.

En outre, dans les situations, le cloud participe beaucoup à c’est si bons résultats.

En revanche, Microsoft n’annonce pas immédiatement les résultats de sa division Azure qui sont compris dans ce que l’entreprise a nommé « Intelligent Cloud ». Cette partie qui compte Azure, GitHub, et aussi toute la partie serveur (Windows Server, SQL Server, System Center) et la partie Microsoft Consulting Services, a vu une croissance de 22.2% afin d’atteindre les 9.65 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur le trimestre.

Microsoft explique que ces bons résultats sont principalement dus à une augmentation de 73% des recettes d’Azure !

Amazon lui, est aussi limpide que le cristal sur les résultats Amazon Web Services. Le CA d’AWS a donc une hausse de 41% jusqu’à atteindre les 7.7 milliards de dollars ! AWS constitue 13% des recettes globales d’Amazon et 50% de ses bénéfices !

En conclusion, Azure comme Aws vont très bien l’un comme l’autre. Et le cloud public à toujours plus d’une corde à son arc. Par contre, leurs prochains résultats pourraient se trouver affectés par l’obtention du contrat « JEDI » du département de la défense américain (DoD) qui représente 10 milliards de dollars ! Azure et AWS sont effectivement les propositions d’IBM et d’Oracle.

Post-scriptum d’anodine, si on se fit la CNBC, Apple qui dépense 360 millions de dollars par an chez AWS afin d’héberger quelque services iCloud, va prochainement réduire de moitié cette dépense en ramenant une partie des services en interne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.