Google impose sa réalité augmenter avec ses Glass 2

Google sort sa nouvelle version de ses Google Glass Entreprise Edition, de la réalité augmenter sous forme de lunette permettant à son utilisateur de s’immerge dans différents scénarios métier comme avec des informations contextualisées, des formations et des communication vidéo.

 

Dans beaucoup de situation, le besoin de superposé des données informatiques au-dessus de l’environnement réel n’a nullement besoin du niveau d’immersion des Hololens 2 de Microsoft et de leur réalité mixte.

La réalité augmentée basique a les applications simples et concrète dans beaucoup de domaines différents comme l’industriel, sportif, médical, des transports et bien plus encore.

Le meilleur moyen de la concrétiser est de développer des apps sur smartphones en profitant des capteurs de mouvements et des capteurs photo embarqués. Ce développement est simplifié par la présence de kits SDK comme ARKit (sur iOS), ARCore (sur Android) ou alors l’initiative OpenXR.

Le problème avec une tel approche c’est qu’elle ne les mains des collaborateurs ne sont pas libre car ils doivent porter le smartphone plutôt de de se concentrer sur leur tâche Métier.

Les lunettes de réalité augmenter donne la possibilité de projeter des information et graphiques contextualisés dans le champ visuel de quelqu’un tout en gardant ces mains libres pour interagir dans l’environnement physique. Google fait partie des premiers à voir le potentiel de telle lunettes. Même si à la base, l’éditeur voulait vendre son produit au grand public, il s’est vite rendu compte que ses Google Glass été plutôt destiner à un public professionnel pour servir des scénarios « métiers », et le grand public pourra parfaitement se satisfaire des smartphones pour l’instant.

 

La deuxième version est encore mieux

 

Google vient tout juste d’annoncer la sortie de la deuxième version les lunettes à réalité augmentée. Désormais les Google Glass Enterprise Edition 2 ont leur propre processeur avec une mémoire et une batterie, elles sont donc un produit totalement nomade et autonome. C’est Android Oreo qui anime les lunettes et profite ainsi des applications de communication et de réalité augmentée (telle que Google Lens) proposer sur cet OS. Mais plus encore ces lunettes ont un environnement de développement riche et d’expérience se basant sur des API d’ARCore.

Les concepteurs des ces lunettes utilise un processeur intégré qui est un SnapDragon XR1 de Qualcomm, un CPU ARM  (l’édition 1 utilisait un processeur Intel Atom) qui sont des spécialistes dans l’AR et la VR incorporant un NPU (Neural Processing Unit) afin d’accélérer les applications IA. Les Google Glass version 2 embarquent aussi 32 Go de RAM, une connectivité Bluetooth 5, un gyroscope 6 axes, et une caméra 8MP.Le seule module afficheur optique (lie à l’œil droit) reste le même que l’édition précédente avec une résolution limitée à 640*360 pixels. Ces lunettes ont le poids de 46g, résistent à la poussière et sont waterproof. La communication entre l’utilisateur et l’appareil se fait soit par les voix soit directement par le mini touchpad de la monture.

 

Une forte concurrence

 

Les Google  Glass 2 n’ont dans aucun cas la volonté de faire de l’ombre aux lunettes holographiques plus immersives et sophistiquées qui constituent les casques Hololens de Microsoft, comme le Magic Leap One ou le Meta 2.  Grâce à son casque de réalité mixte Hololens 2, Microsoft dépasse largement la réalité augmentée et redéfinit les bases d’un ordinateur embarqué mis au profit de situation ayant besoin d’une forte immersion. Le monde de l’entreprise est bouleversé par l’éditeur de l’Hololens 2 qui leur a imposé un concept du Spatial Computing en mêlant réalité virtuelle et réalité physique par le truchement d’hologrammes et d’interactions avancées (grâce à des capteurs qui analysent les gestes des vos mains et de vos doigts). Mais comme on s’en douter un casque plus sophistiquer est obligatoirement plus cher.

Les lunettes Google Glass 2 se situent très clairement dans la catégorie en dessous, celles des pures lunettes « AR » (Augmented Reality). Dans cette catégorie plusieurs acteurs historiques du secteur s’affrontent.  Et on peut en effet constater que la concurrence est très forte avec Vuzix Blade AR et M300XL, North Focals, la gamme Moverio d’Epson, Ora-2 d’Optinvent, DynaEdge de Toshiba et HMT-1 de RealWear.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.