Tableau se fait racheté par Salesforce

Dans le but de renforcer sa position face à Microsoft, SAP, Oracle et Google salesforce s’offre le Tableau Software et son fameux outil de self-BI et par la même occasion il veut encourager ses utilisateurs à mieux profiter des richesses de ses données CRM.

Le prix du Tableau s’élève à 15.7 milliards de dollars! On peut dire que Salesforce a du sortir le porte-feuille pour se payer le leader historique de la visualisation des données et de la Self-BI. Étant donné que la concurrence sur le marché des solutions “nativement Clous” est devenu tel qu’il est très difficile de s’imposer sur ce marché. C’est pourquoi le Tableau s’accorde à des grands acteurs du SaaS.

 

Aux yeux de Salesforce, Tableau représente un renforcement clé dans la visibilité et l’exploitation des ses riches données CRM  par les clients comme dans la valorisation du potentiel de sa grande plateforme et notamment par son moteur IA nommé Einstein.

 

Marché

Tout le monde le sait, Salesforce veut cette année faire plusieurs acquisitions afin de s’enrichir au-delà de son univers CRM. Tableau est évidemment un gros morceau et l’éditeur ne souhaite pas l’ingérer trop rapidement et compte faire comme une entreprise indépendante. Pour mémoire Salesforce a déjà acquis, il y a un an, un acteur majeur de l’intégration de donnée (iPaaS, APIM, etc.), MuleSoft, pour la somme de 6.5 millions de dollars. Aujourd’hui avec Tableau dans sa collection, Salesforce optimise sa place de plateforme de données centrale dans l’entreprise.

 

Mais en premier lieu, cet achat prouve la présence d’une tendance à la consolidation du marché de l’analytique. On a pu voir qu’à la moitié du mois de mai, la plateforme de décisionnel et de nettoyage de données Periscope Data c’est fait absorbé par Sisence. La semaine dernière, Google a acheté Looker pour la somme de 2.6 milliard de dollars. En d’autres mots, le marché de la BI dans le cloud tourne désormais autour de grands acteurs et la concurrence devient de grande bien que le marché soit de plus en plus mature.

 

Conséquence

D’après Forreste, cette association est très risquée pour les deux partis. Pour un prix si élevé, Tableau est une lourde acquisition pour Salesforce qui aura besoin de beaucoup de temps et d’effort pour intercaler les stratégies et roadmaps. Pour Tableau, pour qui l’analytique CRM n’est qu’une petite partie de ses revenus, la contrainte sera de garder son hétérogénéité comme ses clients hors CRM.

 

Pour conclure, cet achat aura forcément des répercussions sur les entreprises et les DSI clients au minimum pour l’une des deux entreprises. Des optimisations de licences à jouer et une surveillance fonctionnelle seront aussi à envisager pour l’avenir dans l’intérêt de tous ceux qui utilisent Tableau avec un CRM concurrent de Salesforce ( par exemple ceux de Dynamics 365) ou même pour ceux qui se servent de Salesforce avec un outil de visualisation concurrent ( comme ceux de Domo, PowerBI et Click Sense…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.